Que penser des aliments pour enfants?

Top Santé Comment avez-vous procédé pour élaborer cet ouvrage?

Elvire Nérin Cinq journalistes scientifiques et trois diététiciennes ont collaboré à ce livre. Pour chaque catégorie d’aliments présents en supermarché, nous avons pris les dix les plus représentés et les avons analysés. Plus que le tableau nutritionnel, c’est la liste des ingrédients qui nous renseigne sur la qualité, notamment le nombre d’ACE (agents cosmétiques et économiques) : additifs, arômes, amidon, gluten, sirop de glucose, extrait de levure… tout ce que l’industrie utilise (et qui n’existe pas dans notre cuisine!) pour baisser les coûts et rendre un aliment attractif.

Quelles ont été les bonnes surprises?

E.N. L’industrie innove sans cesse et parfois c’est intéressant! Herta a ainsi réussi à faire du jambon sans nitrites, et Monoprix Gourmet propose un jus d’orange stabilisé par haute pression à froid (ce qui préserve mieux les vitamines que la pasteurisation éclair). On peut aussi saluer

Intermarché qui a sorti la gamme « L’Essentiel », sans additifs. Trouver une glace avec juste des fruits, de l’eau et du sucre, c’est une très bonne surprise! Au rayon petits pots pour bébés, la marque Good Goût sort aussi du lot avec ses recettes proches du « fait maison ». Enfin, au rayon pizzas, où il n’est pas toujours évident de trouver de bons produits, la marque Alice & Bio propose une pizza toute simple et sans ACE.

Et les points plus discutables?

E.N. Parmi les cordons bleus et nuggets, très appréciés des enfants, aucun n’est vraiment intéressant nutritionnellement… La viande et le fromage sont des mixtures de mauvaise qualité, ils sont gras et bourrés d’ACE. Au rayon bébé, les leaders Blédina et Nestlé ont des

plats assez pauvres : ajout de pommes de terre au détriment des légumes, de sel pas indispensable, d’ACE… Au rayon des jus de fruits frais, la marque Sunny Delight propose une boisson à base de jus concentré, sucre, stabilisant, épaississant, arômes… vraiment pas top! Il faut

aussi éviter les sandwichs des supermarchés : ils sont tous de piètre qualité et ultra-transformés.

A lire aussi: Nutrition: un sandwich club équilibré

5 sandwichs variés pour un repas équilibré

Comment bien faire ses courses?

E.N. D’abord, regarder la longueur de la liste des ingrédients. S’il y a un « pavé », comme pour les biscuits Napolitains, on repose. Ensuite, si

on ne connaît pas certains noms comme « dextrose » ou « amidon modifié », c’est mauvais signe. Enfin, on s’abstient d’acheter ce qui est

allégé (trop d’additifs) et on se méfie des arguments marketing « poudre aux yeux », comme les céréales du petit déjeuner ultra-transformées et très sucrées qui vantent leurs teneurs en vitamines. On peut aussi comparer les aliments et chercher les moins sucrés. Les produits ultra-transformés ne sont pas interdits, mais il faut les limiter. Selon des chercheurs, ils peuvent représenter 15 % de nos apports caloriques journaliers, pas plus. Au-delà, cela augmenterait les risques de surpoids, d’obésité et de diabète.

Suivez le guide

Plus de 800 aliments vendus en supermarché et destinés aux enfants de 0 à 16 ans sont passés au crible. Une présentation simple, avec le visuel de chaque paquet, qui facilite les courses des parents!

« Le bon choix pour vos enfants », éd. Thierry Souccar, 15,80 €.

A lire aussi:

Alimentation équilibrée : pas facile d’encourager ses enfants

Mieux manger pour vivre plus longtemps en bonne santé

Adopter une alimentation équilibrée, c’est pas si compliqué !

Pour plus de détails, cliquez sur: Que penser des aliments pour enfants?