Des légumes sauvés d'un virus grâce à la musique

Et si un air de Mozart était capable d’endormir un virus et de sauver un potager ? Gilles Josuan, agriculteur des Bouches-du-Rhône est convaincu du pouvoir thérapeutique de la musique sur les plantes. Ce monoculteur de courgettes affirme avoir réussi à sauver ses cucurbitacées attaquées par le virus mortel de la Mosaïque. Plutôt que d’arracher ses plants, l’agriculteur s’est tourné vers une méthode peu conventionnelle : diffuser de la musique à ses légumes. C’est en allant sur le site de l’entreprise Genodics à l’origine de ce concept qu’il a pensé à essayer ce soin par « les protéines de musique ». Dans ses serres, il offre une cure musicale à ses plants par sessions de 5 à 7 minutes chaque nuit. Pas plus pour ne pas les fatiguer, explique-t-il au journal Le Figaro qui rapporte cette histoire insolite. L’entreprise pourrait sembler farfelue de l’avis des agriculteurs les plus cartésiens. Pourtant Gilles Josuan s’aperçoit que la musicothérapie guérit ses courgettes. « Aujourd’hui, le virus est toujours présent mais il est inhibé par la musique et mes légumes n’en portent aucune trace. Je peux donc de nouveau les commercialiser », raconte-t-il. Les autres agriculteurs pourraient en prendre de la graine. Mais la méthode est plus complexe qu’elle n’y paraît. Une mélodie doit être adaptée à chaque pathologie.

Des essais scientifiques à mener

La « protéodie » est le nom de cette intrigante méthode, non prouvée scientifiquement, développée par l’entreprise Genodics. Selon celle-ci, les vibrations de la musique auraient la faculté de lutter contre les maladies de certaines plantes, réduisant de facto l’usage des pesticides.

« Pour faire simple, lors du processus de synthèse des protéines, les acides aminés produisent des notes. Une mélodie spécifique à chaque protéine est ainsi émise », explique un ingénieur de l’entreprise cité par Le Figaro. Reste ensuite à trouver la bonne mélodie pour inhiber ou stimuler la synthèse de la protéine liée à la pathologie que l’on veut cibler. De nombreux viticulteurs exploiteraient actuellement cette méthode selon Le Figaro.

Reste à valider scientifiquement ce procédé. Genodics collabore avec l’université de Cergy, en région parisienne, pour mener des expérimentations et apporter une caution scientifique à cette « thérapie » par la musique.

Lire aussi :

La musicothérapie, efficace contre la dépression des jeunes

La musicothérapie contre la fibromialgie

Sport : la musique un anti-douleur naturel

Pour plus de détails, cliquez sur: Des légumes sauvés d'un virus grâce à la musique