Rhume, toux : ne vous jetez pas sur les médicaments en vente libre

Rhume, toux, gastro : les experts de 60 millions de consommateurs ont passé au crible les médicaments sans ordonnance parmi les plus vendus pour soigner les petites pathologies hivernales. Verdict : près de 80% de ces médicaments vendus devant le comptoir sont inefficaces et certains seraient même à proscrire en raison des risques encourus par le patient. Et seulement 21 % sont à privilégier pour leur rapport bénéfice/risque favorable.

Nez bouché ou nez qui coule : attention aux antirhume

En bonne place de cette liste noire figurent des « stars antirhume » comme les appellent les experts. Leur point commun : présenter un cocktail composé d’un vasoconstricteur (contre le nez bouché), d’un antihistaminique (contre le nez qui coule) et de paracétamol ou d’ibuprofène (pour la douleur ou les maux de tête).

Or, ces médicaments « tout-en-un » cumulent des risques de surdosage et d’effets indésirables très graves comme des accidents cardiovasculaires, de l’hypertension ou un AVC car ils contiennent de la pseudoephédrine. Ce vasoconstricteur resserre les vaisseaux sanguins pour empêcher le nez de couler. Mais ils resserrent aussi les vaisseaux du coeur, ce qui l’oblige à fournir plus d’efforts avec les risques que cela représente.

Les sirops contre la toux sont également à éviter car ils peuvent altérer la conduite. Les sirops déconseillés par 60 millions de consommateurs : Bronchokod sans sucre toux grasse adultes ; Exomuc toux grasse orange ; Fluimucil expectorant sans sucre orange ; Humex toux sèche oxomémazine sans sucre ; Mucomyst toux grasse orange ; Toplexil sans sucre.

A lire aussi :

Se laver le nez, le meilleur geste antirhume

Maux de l’hiver : votre ordonnance oligoéléments

Pour plus de détails, cliquez sur: Rhume, toux : ne vous jetez pas sur les médicaments en vente libre