Une opération contre le Sida à coups de (Love) baguettes

A la boulangerie, ne vous étonnez pas si certaines des baguettes exposées ont la forme du ruban rouge, symbole de la lutte contre le Sida. C’est que votre boulanger fait partie des plus de 1 000 professionnels engagés dans l’opération Love Baguette. Le principe ? En achetant une des baguettes chez une des boulangeries participantes à cette initiative, vous faites don d’une partie de la somme à l’association Aides. Concrètement, pour deux euros la baguette en forme de ruban, un euro est reversé au collectif de lutte contre le VIH. Une bonne action peu coûteuse pour chacun, mais qui, à l’échelle nationale peut donner un grand élan de générosité pour vraiment faire avancer la lutte contre cette épidémie. « Mettre fin au sida est possible, mais il est nécessaire que chacune et chacun se mobilise. C’est pourquoi, chez AIDES, nous sommes fiers-ères de lancer ce projet qui permet à tous-tes de participer à la construction d’un monde sans sida, à travers un de nos gestes les plus quotidiens », explique Aurélien Beaucamp, le président de l’association, cité par France Soir.

Vous avez jusqu’au 18 octobre pour mettre la main à la pâte et marquer votre soutien.

C’est le jour J pour la #LoveBaguette, alors faites comme @NorbertTarayre et courez chercher la vôtre! https://t.co/71DdLnzf60
❤️ ❤️ ❤️ ❤️ pic.twitter.com/Zr8GU3RWBY

— Association AIDES (@assoAIDES) October 11, 2017

7 000 nouvelles contaminations par an

Le collectif compte sur l’engouement des Français pour la baguette afin d’atteindre l’objectif fixé : vendre plus de 200 000 Love Baguette, soit une miette dans la somme des baguettes qui s’écoulent chaque jour dans l’Hexagone ( 28 millions de baguettes).

Pour sensibiliser les Français, Aides a fait appel à Norbert Tarayre, chef cuisinier et animateur de l’émission, qui explique l’opération dans une vidéo. D’autres personnalités ont suivi le mouvement et encouragent aux dons, comme on peut le voir sur Instagram sous le hashtag (mot-dièse) #Lovebaguette.

En France, encore 30 000 personnes ignorent leur séropositivité et près de 7 000 nouvelles contaminations sont enregistrées chaque année, rappelle Aides.

A post shared by AIDES (@assoaides) on

Lire aussi :

Royaume-Uni : procès d’un séropositif accusé d’avoir transmis délibérément le Sida

VIH : pour le droit à l’oubli des séropositifs

Pour plus de détails, cliquez sur: Une opération contre le Sida à coups de (Love) baguettes