Le vieillissement ralentit la perception des chutes

Il subsiste toujours cette peur que nos parents ou nos grands-parents tombent et se fassent mal. On l’a justifie souvent par le fait qu’ils sont plus fragiles, qu’ils auront plus de risque de se casser quelque chose ou encore qu’ils n’arriveront pas à se relever. Et pour cause, entre 20 et 30% des personnes âgées sont victimes au moins d’une chute chaque année et elles représentent 5% des décès chez les plus de 65 ans.

Mais pourquoi est-ce que les personnes âgées ont plus tendance à tomber ? Une nouvelle explication scientifique vient d’être apportée par l’Université de Waterloo au Canada : nos aînés ont besoin de 2 fois plus de temps pour se rendre compte qu’ils sont en train de chuter, ce qui les empêche de réagir rapidement et les expose à un risque accru de blessures graves. Les résultats de leur étude sont parus dans la revue Gait & Posture.

Presque 1 seconde pour réaliser…

Pour mesurer notre perception de chute, les chercheurs ont présenté aux participants de l’étude un son à différents moments par rapport à une chute supervisée. Ils devaient volontairement chuter en même temps que l’apparition du signal sonore. Les jeunes adultes, âgés de 19 à 25 ans, se laissaient tomber en réalité 44 millisecondes après le signal sonore pour avoir l’impression que les deux événements se passaient simultanément. Les personnes de plus de 60 ans chutaient, quant à elles, environ 88 millisecondes après le son. Or, cette simultanéité est cruciale pour produire des représentations cohérentes des événements.

« Lorsque la capacité du système nerveux à détecter une chute et à compenser avec des réflexes de protection diminue, le risque de blessure ou de mort augmente de manière significative « , explique dans l’étude Michael Barnett-Cowan, professeur de kinésiologie à Waterloo et auteur principal de l’étude.  » Ce décalage signifie que lorsque les adultes plus âgés se rendent compte qu’ils tombent, il est souvent trop tard pour qu’ils fassent consciemment quelque chose « .

Ces résultats aideront à façonner des stratégies de prévention de ces chutes, des exercices de réadaptation pour améliorer la sensibilisation des personnes âgées et permettront aux cliniciens d’identifier plus précisément les individus à risque.

À lire aussi :

Seniors : plus de protéines pour éviter la fonte musculaire

Insolite : plus on se sent vieux, plus on vieillit !

Pour plus de détails, cliquez sur: Le vieillissement ralentit la perception des chutes