Le cœur des supporters trop sollicité !

Le frisson de la victoire et l’agonie de la défaite peuvent avoir un effet réel sur le système cardiovasculaire, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Canadian Journal of Cardiology. En effet, le pouls des fans lors d’une partie de hockey a augmenté de 75% lorsqu’ils regardaient le match à la télévision et de 110% en live.

Regarder le sport : une activité à risque ?

Les chercheurs du Montreal Heart Institute au Canada ont entrepris d’évaluer les effets d’un match de hockey sur des supporters canadiens en bonne santé.

Ils ont constaté une augmentation moyenne de 75% de la fréquence cardiaque chez les téléspectateurs et un pic de 110% pour match vécu en direct. Ce qui correspond au rythme cardiaque en réponse à un stress physique modéré et vigoureux. Dans l’ensemble, la fréquence cardiaque a augmenté d’une médiane de 92% (presque doublé) pour tous les spectateurs.

«Nos résultats indiquent que regarder un match de hockey peut également être la source d’un stress émotionnel intense, comme en témoigne une augmentation marquée de la fréquence cardiaque», a déclaré le professeur Paul Khairy, professeur à l’Institut de cardiologie de Montréal. «L’étude soulève le risque que la réaction induite par le stress émotionnel liée à l’observation d’un match de hockey puisse déclencher des événements cardiovasculaires indésirables au niveau de la population. Par conséquent, les résultats ont d’importantes répercussions sur la santé publique ».

But et temps supplémentaire

Bien qu’il soit facile de supposer que les moments les plus marquants d’un match provoquent une augmentation du rythme cardiaque, les chercheurs ont constaté que les pics de fréquence cardiaque se produisaient le plus souvent au moment des buts et pendant les prolongations. «Notre analyse des éléments du jeu de hockey associés aux pics de fréquence cardiaque soutient l’idée que ce n’est pas le résultat du jeu qui détermine principalement l’intensité de la réponse au stress émotionnel mais plutôt l’excitation ressentie lors de la visualisation d’enjeux élevés, portions d’intensité du jeu », a expliqué le Dr Khairy.

A lire aussi:

Insolite : on fait une séance de sport quand on regarde un match à la télé !

Obésité des enfants : attention à la télévision dans la chambre!

Le binge-watching affaiblit les muscles du bas du corps

Pour plus de détails, cliquez sur: Le cœur des supporters trop sollicité !