Herpès génital : l'ancêtre qui nous a transmis le virus identifié

417 millions. C’est le nombre de personnes de 15 à 49 ans infectées par le virus HSV-2, responsable de l’herpès génital, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un fléau qui aurait pu être évité, si l’on en croit des chercheurs de l’Université de Cambridge et de l’Université d’Oxford Brookes. Dans une étude publiée dans la revue Virus Evolution, ils révèlent l’identité de l’ancêtre qui a transmis le virus à l’humanité.

Un virus qui s’est adapté à son nouvel environnement

Son nom ? Paranthropus boisei. Il s’agit d’un hominidé bipède au visage plat et au cerveau de petite taille. Selon les scientifiques, il aurait contracté le virus, qui se transmet via des plaies ouvertes, en étant en contact avec de la chair de chimpanzés porteurs d’HSV-2. Introduit dans cette branche de l’humanité, le virus se serait ensuite adapté à son nouvel environnement et Paranthropus boisei aurait légué ce fâcheux héritage à notre premier ancêtre, Homo erectus, il y a entre 3 et 1,4 million d’années. « L’herpès infecte tout, de l’homme au corail, avec des spécificités selon les espèces. Pour franchir la barrière des espèces, ce virus a besoin d’une mutation génétique réussie combinée à un échange important de fluides », précise le Dr Charlotte Houldcroft, principale auteure de l’étude et virologiste au département d’archéologie de Cambridge, à Phys.org.

Pour expliquer la transmission du virus entre Paranthropus boisei et Homo erectus, les scientifiques émettent deux hypothèses : soit les deux espèces ont eu des contacts étroits près de sources d’eau telles que le lac Turkana au Kenya, où ils s’abreuvaient souvent, soit Homo erectus a mangé la chair de Paranthropus boisei. Grâce à cette découverte et à la méthodologie mise en place, les chercheurs espèrent en apprendre davantage sur la transmission d’autres maladies anciennes.

PUBLISHED: Meet the hominin species that gave us genital herpes. New research out today from Charlotte Houldcroft. https://t.co/S8F2vG2r6J pic.twitter.com/wAPmqjWWhS

— CambridgeArchaeology (@UCamArchaeology) October 2, 2017

A lire aussi :

Découverte d’un ancêtre d’Ebola vieux de plusieurs millions d’années

Un vaccin pour prévenir la transmission de l’herpès génital

Bouches, dents : en moins bonne santé que celles de nos ancêtres

Pour plus de détails, cliquez sur: Herpès génital : l'ancêtre qui nous a transmis le virus identifié