Première Journée nationale de lutte contre les cancers génétiques

Même si l’actrice Angelina Jolie a beaucoup œuvré pour faire connaître les cancers génétiques, ces derniers sont encore trop peu connus du grand public et parfois même du corps médical. C’est pourquoi l’association Geneticancer lance aujourd’hui la 1re journée nationale de lutte contre les cancers génétiques.

L’association se positionne comme porte-parole des personnes porteuses d’une mutation génétique prédisposant au cancer. « Son objectif est autant de faire connaître les cancers héréditaires auprès du grand public que d’accompagner les familles concernées dans leur parcours médical (test génétique, chirurgie préventive, traitement de la maladie si celle-ci est

déclarée, discussion avec les proches sur leur possible héritage génétique, etc.). L’association finance également le développement de nouvelles avancées thérapeutiques » explique Laetitia Mendes, présidente de Geneticancer.

Faire passer l’info sur les réseaux sociaux

A ce jour, l’association compte une cinquantaine d’ambassadrices touchées de près ou de loin par la maladie, et qui ont pour mission d’organiser des conférences sur les cancers héréditaires partout en France et en Belgique, afin d’informer la population.

Et pour cette première campagne de sensibilisation, elle lance sur les réseaux sociaux un clip réalisé avec l’aide financière de Malakoff Médéric. « Les gens ne savent pas que 5 à 10 % des cancers sont d’origine héréditaire. Cette campagne nationale nous donne l’espoir de faire sortir du silence certaines familles qui n’osent pas parler » ajoute Laetitia Mendes.

Inciter les jeunes à faire le dépistage

Le film diffusé sur la chaîne YouTube de l’association raconte l’histoire vraie de Fabienne Rubert, une mère touchée par un cancer du sein, et de sa fille, Ana, dépistée à 18 ans et porteuse du gène de prédisposition au cancer. Cette campagne est aussi l’occasion de comprendre que plus de 80 gènes de prédisposition génétique au cancer ont déjà été identifiés par les chercheurs.

« L’objectif est également de toucher les jeunes afin qu’ils fassent le choix du dépistage en connaissance de cause. Et leur faire prendre conscience qu’il y a une vie après » conclut Laëtitia Mendes.

A lire aussi :

Cancers : ils augmenteront plus vite chez les femmes d’ici 20 ans

Cancer : diagnostiquer tôt pour mieux prendre en charge

Pour plus de détails, cliquez sur: Première Journée nationale de lutte contre les cancers génétiques