En 2016, on a (un peu) mieux respiré à Paris

Pour l’organisme de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France, les concentrations de particules et de dioxyde d’azote « restent problématiques », avec des dépassements « importants des valeurs limites ».

Pour plus de détails, cliquez sur: En 2016, on a (un peu) mieux respiré à Paris