Un tiers des nouveaux chirurgiens-dentistes ont été diplômés à l'étranger

Pour exercer en France, les chirurgiens-dentistes doivent être titulaires d’un diplôme de l’Union européenne. Et il faut croire que l’Hexagone séduit de nombreux pratiquants : en 2015, 31% des nouveaux chirurgiens-dentistes inscrits à l’Ordre ont obtenu leur diplôme à l’étranger. C’est ce que révèle une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), un service du ministère des Solidarités et de la Santé. A titre de comparaison, en 1999, ils n’étaient que 5% des nouveaux praticiens à être diplômés de l’étranger.

Un rajeunissement de la profession

Mais où ces chirurgiens-dentistes ont-ils obtenu leurs diplômes ? Principalement en Europe : 46% en Roumanie, 22% en Espagne et 17% au Portugal. 11% de ces nouveaux praticiens sont d’ailleurs de nationalité roumaine. Autre point soulevé par la Drees : ces spécialistes n’ont pas le même mode d’exercice que ceux diplômés en France puisque 67 % d’entre eux commencent à exercer en tant que libéral, contre 87 % des praticiens diplômés en France.

Cette augmentation du nombre de chirurgiens-dentistes diplômés à l’étranger a pour conséquence de renouveler, mais aussi de rajeunir la profession. Et pour cause : ces praticiens ont 32 ans en moyenne lorsqu’ils arrivent France, et s’installent donc au début de leur carrière. Mais ce phénomène est également dû à l’augmentation du numerus clausus, passant de 800 places en 2000 à 1 200 places en 2016. L’enquête souligne qu’au 1er janvier 2016, 41 200 chirurgiens-dentistes exerçaient en France.

A lire aussi :

Dentistes : 1 diplômé européen sur 10 n’a jamais soigné un patient

Yomi, le robot dentiste

Tarifs des soins dentaires : ce qui va changer

Pour plus de détails, cliquez sur: Un tiers des nouveaux chirurgiens-dentistes ont été diplômés à l'étranger