Attentat de Nice : relaxe requise pour la policière municipale qui a « fantasmé » des pressions de l’Etat

Sandra Bertin affirmait avoir été harcelée par le ministère de l’intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif de sécurité en place le soir de l’attentat. La procureure a estimé que la prévenue avait « fantasmé » ces prétendues pressions, mais sans mauvaise intention.

Pour plus de détails, cliquez sur: Attentat de Nice : relaxe requise pour la policière municipale qui a « fantasmé » des pressions de l’Etat